Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 octobre 2010 7 10 /10 /octobre /2010 21:16

Rassemblement : dimanche 17 octobre à 17h
devant l’ambassade de Bulgarie
(1 avenue Rapp, Paris VIIe - M°Alma-Marceau)

 

 

Jock Palfreeman, 20 ans de prison pour avoir secouru des Roms en Bulgarie



jock.jpgVoici une histoire que vous ne connaissez sans doute pas. Elle commence fin décembre 2007 à Sofia (en Bulgarie - pays membre de l’Union européenne) et a un écho particulier pour nous qui subissons la fin du règne de Sarkozy, où surenchères sécuritaires et dérives racistes sont quotidiennes. Cette histoire est celle de Jock Palfreeman, un australien de 23 ans, installé depuis peu en Bulgarie. En se baladant à Sofia un soir, il est témoin de l’agression de deux Roms par une quinzaine de hooligans du Levski Sofia, hools tristement célèbres dans le pays pour leurs actions violentes, pour leur positionnement raciste et leur nostalgie du nazisme. Voyant un des deux Roms inconscient au sol, Jock s’interpose. Le groupe des agresseurs se retourne alors contre lui, s’armant de pierres et de blocs de béton. Cerner par la quinzaine de hools, il se défend à l’aide d’un couteau, et c’est à ce moment qu’un des agresseurs est tué et un autre blessé.
Pas de chances pour Jock, l’agresseur décédé est le fils du ministre adjoint de la Santé de Bulgarie… Loin de lui accorder la légitime défense, la justice bulgare l’inculpe, dans un procès qui transforme les hooligans néo-nazis en victimes. Le jugement, fin 2009, est caractérisé par un mépris de la procédure et des droits du prévenu. Le contexte de la rixe (l’agression des deux Roms, les rapports de la police scientifique sur le taux d’alcoolémie présent dans le sang des hooligans agresseurs, etc) sont totalement ignorés, des témoins clefs se voient écartés du procès, et certains témoignages changent radicalement l’instruction et le procès, donnant au final des témoignages confus, tronqués et inutilisables pour la défense, etc…  Une caméra de vidéo-surveillance, a enregistré l’intégralité de la scène, mais l’enregistrement est détruit soi-disant « accidentellement » alors que la police l’analyse. « Aucune importance », estime le procureur qui considère que, de toute façon, «!
 on n’aurait rien vu sur le film » ! Au terme de ce procès, Jock Palfreeman est condamné à 20 ans de prison et à 450.000 Leva (soit environ 230.000 euros) d’amende pour homicide avec préméditation ! Malgré les irrégularités criantes, l’Union européenne est d’une discrétion étonnante sur le sujet.
Car les dernières mesures racistes prises en France et ailleurs contre les Roms nous prouvent encore une fois qu’il n’y a pas grands choses à attendre d’un Etat de l’Union européenne. La République n’a jamais été un rempart contre le racisme. De la colonisation à la gestion xénophobe de l’immigration de ces 15 dernières années, les morts se comptent par milliers. Du soutien aux luttes de décolonisation des années 1960 à la solidarité avec les sans papiers (travailleur célibataire, enfant...), la résistance et la solidarité restent les seuls remparts contre la barbarie et l’arbitraire de la République. Si on laisse les plus faibles seuls, c’est nous qui seront les prochains…
Jock passera en appel le 21 octobre : mobilisons-nous pour le soutenir !
 

Partager cet article

Repost 0
Published by SCALP-REFLEX
commenter cet article

commentaires