Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 novembre 2010 7 07 /11 /novembre /2010 00:42

Tract

Repost 0
Published by SCALP-REFLEX - dans Communiqués
commenter cet article
26 octobre 2010 2 26 /10 /octobre /2010 16:15
par REFLExes

 

La branche jeune des Identitaires organisait ce samedi à Paris une manifestation qui se voulait le point d’orgue d’une campagne intitulée Une Autre Jeunesse et qui s’est officiellement transformée en organisation nationale sous l’apparence d’une coordination de groupes autonomes aux noms divers en fonction des lieux : Projet Apache, Rebeyne, Jouinissa Rebela, etc…

 

Une Autre Jeunesse vise ainsi à reconstituer une structure non officiellement dissoute mais judiciairement condamnée par la Cour d’Appel d’Aix-en-Provence en septembre 2008 : les Jeunesses Identitaires. Réussir une manifestation à Paris sur leur seul nom était évidemment un enjeu de taille pour les ex-JI. Cela se voyait dans la « débauche » de moyens mis en œuvre pour rendre cette manifestation marquante : camion plateau, drapeaux jaunes et noirs frappés du lambda, fumigènes, bâches, coupe vent « pro » pour les organisateurs …

 

Lire la suite ici.

Repost 0
Published by SCALP-REFLEX - dans Infos
commenter cet article
26 octobre 2010 2 26 /10 /octobre /2010 16:13

Publié le 25 octobre 2010
par REFLExes

Depuis 15 jours, la succession au sein du FN a pris un tour psychodramatique avec la publication par le journal Minute le mercredi 13 octobre d’un article exposant les projets de recomposition de l’appareil dirigeant du FN en cas de victoire de Marine Le Pen dans l’élection interne de janvier prochain.

Une de MinuteCette publication, qui venait s’ajouter à des attaques répétées de Rivarol contre la fille de Jean-Marie Le Pen a provoqué des réactions indignées du clan Le Pen contre Minute et son directeur de publication Jean-Marie Molitor. Celui-ci s’est vu en effet accuser de partialité et de conflit d’intérêt, le clan Le Pen essayant de démontrer que la prise de position du journal ne pouvait résulter que de la fonction politique de la fille de Jean-Marie Molitor qui est une collaboratrice de Bruno Gollnisch. Le fait est que la fille de Jean-Marie Molitor semble être très proche d’Yvan Benedetti, lui-même pilier de la mouvance pro-Gollnisch. Or, sans ignorer le fait que cet article, étant donné son caractère très sensible, a forcément reçu l’aval de M. Molitor pour publication, il nous semble que l’origine de cette « torpille » est peut-être à rechercher ailleurs, en l’occurrence chez le rédacteur en chef du journal, Bruno Larebière, par ailleurs membre du Bureau Exécutif du Bloc Identitaire.

Théoriquement cette piste n’est pas la bonne. Le Bloc et Marine Le Pen sont en effet officiellement sur un pacte de non-agression depuis la mi-mai 2008, date à laquelle Marine Le Pen avait demandé à rencontrer les dirigeants identitaires et Fabrice Robert en particulier. Cette rencontre parisienne s’était traduite dès le conseil national frontiste du 31 mai 2008 par un discours de la fille Le Pen largement interprété comme une « main tendue aux identitaires » [1]. Depuis, cette ligne ne s’est pas démentie, entretenue par des contacts directs ou indirects, et malgré les tensions avec certains proches de Marine le Pen, en particulier l’équipe de Nations Presse Infos, au premier chef Louis Aliot, mais également feu Jacques Vassieux et Christian Bouchet sous ses différents pseudonymes. Rien ne devrait donc permettre de supposer que Bruno Larebière ait eu un quelconque intérêt à tenter d’influer sur une succession frontiste somme toute plutôt favorable aux Identitaires.

Bruno LarebièreSauf que les journalistes du Monde en charge de l’extrême droite ont pu écrire un article et publier la photographie de la couverture du numéro de Minute [2] avant même qu’il ait été publié et soit disponible dans les kiosques, soit dès le 12 octobre. Il a bien fallu que quelqu’un leur transmette et qui donc sinon le rédacteur-en-chef, c’est-à-dire Larebière, était le mieux placé pour le faire ? En agissant ainsi, celui-ci était certain d’assurer à ce numéro un retentissement bien supérieur au simple intérêt manifesté par le petit milieu frontiste et cela a magnifiquement réussi puisque même la radio France-Infos a évoqué l’article du blog de ces journalistes le 13 octobre au matin. Mais dans quel intérêt ? Certes Marine Le Pen et les Identitaires se sont entendus sur un pacte de non-agression mais si on observe un peu plus finement les questions de stratégie politique, les Identitaires n’ont aucun intérêt à ce que la fille Le Pen réussisse son OPA sur la vieille formation nationaliste. Quoique dotée d’un « logiciel politique » différent de celui des Identitaires [3], en particulier sur la question européenne, elle représente par son charisme, sa maîtrise des media et sa volonté affichée de rompre avec l’extrême droite nationaliste la plus rance un véritable danger pour les Identitaires car elle peut permettre au FN de sortir du ghetto droitiste. Bien plus qu’un FN « mariniste », le Bloc Identitaire aurait besoin d’un FN ramené à un stade groupusculaire. Le seul moyen d’atteindre cet objectif serait que le FN soit de nouveau confronté à une scission. Le parti, exsangue, ne se relèverait alors pas d’une telle épreuve. Or ce spectre de la scission n’est plus seulement un fantasme puisque c’est une menace agitée à mots couverts par Marine Le Pen dans le cas d’une victoire de Bruno Gollnisch en janvier prochain. La fille Le Pen refuse en particulier toute idée de « ticket » Gollnisch-Marine Le Pen avec un partage des compétences entre direction du parti et candidature à la présidentielle 2012 [4]. L’explosion du FN dégagerait un espace politique pour le candidat identitaire dont nous indiquions ici que ce sera sans doute Arnaud Gouillon, actuel dirigeant de Solidarité Kosovo. La violence de la réaction lepéniste à l’article de Minute montre que celui-ci a touché son but car il donne des arguments à une base FN plutôt acquise à Bruno Gollnisch et susceptible de renforcer son influence d’ici le congrès. Le Minute de cette semaine – en date du 20 octobre – montre qu’un bras de fer de longue durée est engagé entre l’équipe du journal et le clan lepéniste puisqu’un article signé d’Antoine Quéraly (Bruno Larebière ?) attaque un domaine très sensible de la PME lepéniste : l’argent du parti, par l’entremise de l’association COTELEC.

Ce n’est cependant pas la première fois que des journalistes jouent un rôle ambiguë dans les luttes intestines qui agitent le FN et qui mouillent les Identitaires. Le 3 octobre 2008, Libération, sous la plume de Christophe Forcari, publiait un drôle de petit article intitulé « Marine sur un air de nazi rock ». Drôle car peu compréhensible par le commun des lecteurs du quotidien et d’un intérêt très relatif pour ces derniers. Le journaliste y rappelait le passé relativement sulfureux de Robert Ottaviani qui, au début des années 1990, militait dans la mouvance skinhead et fut le chanteur d’un groupe de RAC (Rock Against Communism) baptisé Ultime Assaut dont l’un des titres rendait hommage aux volontaires français de la LVF qui combattirent avec les Allemands sur le front de l’Est à partir de 1941 [5]. Connu seulement de ceux qui suivent de très près la mouvance nationaliste, le militant était en fait visé pour son rôle dans les réseaux de soutien à Marine Le Pen. Le début de l’automne 2008 avait en effet vu la création d’Energie Bleu Marine, un réseau de soutien à l’action politique, à la personne et à la candidature élyséenne de la vice-présidente du FN [6]. Or cette association était présidée par l’ancien militant FN puis MNR Robert Ottaviani dont l’itinéraire politique était chargé : secrétaire départemental FNJ de l’Essonne puis directeur national adjoint du FNJ de 1993 à 1996, bras droit de Samuel Maréchal, tout en étant rédacteur en chef du Lien, bulletin interne du DPS ; fâché avec Maréchal, Ottaviani était devenu administrateur provisoire du MNJ et était intervenu à ce titre lors du meeting du Front de la Jeunesse en février 1999 ; le délitement du MNR l’avait vu revenir lentement au bercail lepéniste au cours des années 2000. À peine l’association venait-elle d’être portée à la connaissance du public (et notamment sa branche girondine, Bordeaux Bleu Marine, fondée par le même Ottaviani) que l’article de Christophe Forcari venait torpiller l’initiative en compromettant la stratégie de dédiabolisation et de lissage que la fille Le Pen entend mettre en œuvre depuis 2002. Le journaliste ironisait d’ailleurs sur « les nostalgiques de la Seconde Guerre mondiale qui ne la lâchent pas d’une semelle ». À l’évidence C. Forcari répercutait ainsi une information que des gens bien intentionnés lui avait fait passer. Mais qui ? Plusieurs mouvances pouvaient à vrai dire avoir intérêt à torpiller l’initiative Energie Bleu Marine et Robert Ottaviani. La plus évidente est bien sûr la mouvance pro-Gollnisch, bien décidée à barrer la route de la direction du parti à la fille Le Pen. Mais il en est une autre avec la mouvance regroupée à l’époque derrière Alain Soral, alors en pleine phase d’incrustation au FN , et qui voyait d’un très mauvais œil les contacts entre Marine Le Pen et les Identitaires. Or Robert Ottaviani entretenait de très bons termes avec le Bloc, ne serait-ce que par le biais de Fabrice Lauffenburger, ancien lui-aussi du groupe Ultime Assaut et alors dirigeant de Jeune Alsace, mouvement associé à Alsace d’Abord et au Bloc Identitaire. Il aurait donc pu servir d’intermédiaire dans un approfondissement du « pacte de non-agression ». À l’époque ce fut cette origine de la fuite qui fut soupçonnée par Marine Le Pen et les Identitaires et en particulier Christian Bouchet et Laurent Latruwe. Pour notre part, nous ne saurions trancher.

Dans ces deux exemples, on constate que les acteurs des luttes internes au FN savent très bien utiliser les media, pourtant habituellement vilipendés comme outils du système, pour avancer leurs pions. Reste à savoir le degré de manipulation et surtout de conscience de celle-ci par les journalistes concernés. Mais c’est tout le coeur du journalisme politique !

 

[1] C’était d’ailleurs le titre de l’article du Monde qui rendait compte de la réunion. Les « mégrétistes » étaient alors la cible de la même opération de séduction.

[2] Cf le début de notre article.

[3] Quoique… Marine Le Pen est en effet réputée pour son inconstance, dans tous les domaines, et sa rhétorique politique est donc tout à fait susceptible de changer au gré des vents dominants l’opinion.

[4] Elle l’a en paticulier réaffirmé lors de l’émission d’Henry de Lesquen sur Radio Courtoisie le 11 octobre dernier.

[5] Les proches d’Ottaviani essayèrent de faire passer Ultime Assaut pour un groupe de RIF, c’est-à-dire un groupe de rock nationaliste plus gentillet qu’un groupe skinhead. Il suffit d’aller faire un tour sur la page exposant le catalogue du label Rebelles Européens pour voir qu’il n’en était rien.

[6] Celle-ci approuvait d’ailleurs cette initiative dans un entretien à Minute le 1er octobre 2008.

Repost 0
Published by SCALP-REFLEX - dans Infos
commenter cet article
21 octobre 2010 4 21 /10 /octobre /2010 18:19
Repost 0
Published by SCALP-REFLEX - dans Infos
commenter cet article
21 octobre 2010 4 21 /10 /octobre /2010 18:11

CGT PAS de CALAIS EN LUTTE

LES CHTI’SYNDICATS MONTRENT LA VOIE !


APRES 6 MOIS DE LUTTES ET DE MANIFESTATIONS, LE GOUVERNEMENT, LES  
DEPUTES ET LES SENATEURS DE LA DROITE PRESIDENTIELLE ET DU MEDEF N’ONT  
RIEN COMPRIS…

ILS RESTENT SOURDS, AVEUGLES ET MEPRISANTS !

DONC NOUS PRENONS NOS RESPONSABILITES EN APPELANT A L’ORGANISATION  
JOUR ET NUIT JUSQU'A L’ABANDON DE LA REFORME DES RETRAITES D’UN CAMPEMENT DE LA RESISTANCE DEVANT L’ASSEMBLEE NATIONALE A PARTIR DU 19 OCTOBRE…

Ils campent sur leurs positions, nous campons face à leur position !


Camarades,


Nos 5 Unions locales CGT du Pas de Calais (Auchel-Bruay-Béthune-Lillers-Isbergues) sont désormais prêtes et elles ont décidé de se rendre à Paris devant  l’Assemblée Nationale pour exiger la remise à plat du projet de réforme des retraites et exiger du gouvernement, l’ouverture de véritables négociations sur la base des revendications exprimées depuis le printemps par des millions de salariés.

Depuis le mois de mars, nos Unions Locales des Syndicats battent le pavé : des centaines de milliers de tracts ont été diffusés, des dizaines de milliers de signatures ont été recueillies, le nombre de manifestants n’a fait qu’augmenter de journée en journée, et les heures de grèves se comptent par centaines de milliers.

Alors que les trois quarts de la population est hostile au projet, le gouvernement et sa majorité campent sur des positions qui frisent le coup d’Etat.


Voilà pourquoi nos syndicats et syndiqués CGT, force de propositions, les salariés, les jeunes, avons décidé de passer a la vitesse supérieure afin de faire plier le Gouvernement et le Medef.

Nous avons décidé de rompre l’attentisme et nous proposons l’organisation d’un roulement de militants venus de la France entière pour manifester de manière permanente devant l’Assemblée Nationale.

Le 19 octobre à Paris, nous installerons un campement de la Résistance qui devra tenir en permanence Place du Palais Bourbon, face à  l’Assemblée Nationale, jour et nuit jusqu'à l’abandon du projet.

Les syndicats, les militants, les syndiqués, les soutiens (ils sont 72 % des salariés) demandent et exigent désormais d’autres formes de luttes, car ils sont aujourd’hui bien conscients que les manifestations sans action de masse, ne suffiront pas pour l’abandon de la réforme et faire face à la détermination de la droite de ce pays.

Dans de nombreuses villes, des initiatives locales se sont faites, elles ont dépassé la simple manifestation et elles ont été très populaires. Comme l’a souhaité la Confédération, nous avons proposé depuis des mois d’autres formes de luttes et une visibilité CGT, et il est devenu prioritaire désormais, de mettre le Peuple en colère en face des parlementaires méprisants et corrompus par les lobbies des fonds de pensions, de la finance et du Médef.

Les sondages, la population nous donnent raison, tous demandent le maintien de la retraite pleine et entière à 60 ans, la reconnaissance de la pénibilité et le maintien des régimes spéciaux (hormis pour les députés et les sénateurs qui sont considérés comme des privilégiés mais qui ont écartés l’amendement qui prévoyait la modification de leur régime privilégié).

La démonstration a été faite, la CGT, les Union locales interprofessionnelles, les US du public et du privé, les syndicats grands et petits, ont atteint et dépassé les espérances dans la mobilisation et dans la durée.


La démonstration a aussi été faite que la masse des salariés a répondu à nos appels, grâce au travail militant qui est monté en puissance depuis le printemps.

 

Aujourd’hui nous devons casser la spirale du recul social programmé par un gouvernement « de classe » et voté par des députés et des sénateurs aux ordres…

Notre responsabilité de militants CGT est engagée et nous prenons nos responsabilités.

Nous ne plierons pas, nous ne reculerons pas et nous n’avons pas peur de la lutte… et nous n’attendrons pas une hypothétique solution en 2012… ou des amendements bidonnés…

Depuis le début, notre cible est la victoire et jamais nous ne sommes entrés dans la théorie du sentiment d’impuissance et de la délégation de pouvoir. Nous n’avons fait aucune erreur, nous sommes donc aujourd’hui  
complètement légitimes pour dépasser le cap des mobilisations locales ou régionales…importantes  
mais dépassées à ce jour.
Nos organisations CGT, fortes de ses militants et de ses syndiqués sauront répondre présentes et avec le soutien de notre Confédération et des fédérations CGT, nous allons démocratiquement briser le mur de la honte qui sépare le peuple d’un pouvoir qui a  choisi la solution de l’affrontement et du mensonge pour défendre les intérêts des plus riches.

A partir du 19 octobre et jusqu’à l’abandon soyons des milliers de camarades à nous relayer jour et nuit par roulement de régions entières pour être présents devant l’Assemblée Nationale.

Comme en 1997, avec les occupations des ASSEDIC par les privés d’emplois, comme en 2006 avec le CPE, nous créerons l’émulsion qui permettra la victoire et cela sans perte de salaire abusive.

Cette proposition n’est pas révolutionnaire, mais à pour but de  répondre à la demande des syndiqués et des salariés avec au bout la vraie victoire par l’abandon de la réforme.

La CGT forte de ses 700 000 adhérents peut tenir des semaines et elle aura le soutien des millions de salariés sympathisants, elle sera le moteur de ce bras de fer démocratique, et sera à l'avant garde de cette forme de mobilisation et d’action de masse.

Même si le gouvernement entend envoyer les forces de l’ordre pour nous déloger, ce sera de sa responsabilité car le droit de s’opposer, le droit de faire grève et le droit de manifester sont des droits inscrits dans la Constitution… Nous ne  laisserons pas faire !

Avec cet appel, la base est écoutée, et comme demandé, c’est elle qui donne ainsi le signal de la mobilisation générale nationale et interprofessionnelle. Et nous appelons l’intersyndicale à se joindre à cette expérience nouvelle contre cette réforme qui n’a de sens que de faire payer encore plus les travailleurs et de les faire mourir au travail et pour le travail et les profits.


A Paris à partir du 19 octobre – soyons des milliers chaque jour devant l’Assemblée Nationale par roulement… et le soutien d’un Peuple !


Camarades, osons l’impossible, pour gagner !

Les Unions Locales du Pas de Calais demandent à l’ensemble des UD, des UL, des US, des Fédérations de la CGT de toutes les régions de les soutenir le 19 et  de les relayer dès le 20 octobre Place du Palais Bourbon… la victoire est au bout,  restons déterminés !

Repost 0
Published by SCALP-REFLEX
commenter cet article
17 octobre 2010 7 17 /10 /octobre /2010 23:37

Nous étions une grosse vingtaine de militants anarchistes, antifascistes radicaux ou sympathisants à nous rassembler devant l'ambassade de Bulgarie, entre les sinistres VIIème et XVIème arrondissements, en soutien à Jock Palfreeman.

Photo0298

Voici le communiqué qui a été lu au mégaphone :

"Nous sommes rassemblés ici, devant l’ambassade de bulgarie, en soutien et en solidarité avec Jock Palfreeman.  Jock, d’origine australienne, a été condamné à 20 ans de prison à Sofia en Bulgarie.

Un petit rappel des évenements :Photo0303.jpg

A la fin décembre 2007, Jock est témoin de l’agression de deux roms par une quinzaine de hooligans d’extrême droite à Sofia. Il intervient et parvient à arrêter le lynchage. Mais les hooligans se retournent contre lui, le pou rsuive, s’armant de blocs de béton. Jock se défend à l’aide d’un couteau et tue un de ses agresseurs, Andrei Monov, le fils d’un important membre du gouvernement.

Au terme de deux ans de détention, il est jugé et condamné à 20 ans de prison pour homicide volontaire. De très nombreux éléments montrent que ce verdict est totalement à charge :

-       Photo0301.jpg  - Le contexte de la rixe, qui débuta par l’attaque des deux roms par les hooligans a été ignoré durant le procès. La réaction de Jock n’est pas considéré comme une légitime défense, ni comme une assistance à personne en danger, mais comme un homicide.

-         - Une vidéo provenant d’une caméra de surveillance et ayant filmé la scène a été effacée durant son visionnage par la police. Le procureur a précisé lors de l’audience que cela n’avait « aucune importance ».

-         - Des témoins « neutres » ont été écartés du procès, et la majorité des témoignages proviennent de la bande de hooligans. Certains témoignages ont radicalement changé entre la déposition et le procès.

-         - Les rapports d’experts concernant le taux d’alcoolémie des hooligans n’a pas été pris en compte : Andrei Monov, avait ainsi presque 3 grammes d’alcool, alors qu’il est présenté dans les témoignages du procès comme lucide.

 

L’appel du procès de Jock aura lieu le 21 octobre, c'est-à-dire jeudi. Nous exigeons sa libération et l’arrêt de l’impunité des crimes contre les roms en Bulgarie.

Libérez Jock Palfreeman !"

 

Rassemblement-jock.jpg


Repost 0
Published by SCALP-REFLEX - dans Les évènements
commenter cet article
10 octobre 2010 7 10 /10 /octobre /2010 21:16

Rassemblement : dimanche 17 octobre à 17h
devant l’ambassade de Bulgarie
(1 avenue Rapp, Paris VIIe - M°Alma-Marceau)

 

 

Jock Palfreeman, 20 ans de prison pour avoir secouru des Roms en Bulgarie



jock.jpgVoici une histoire que vous ne connaissez sans doute pas. Elle commence fin décembre 2007 à Sofia (en Bulgarie - pays membre de l’Union européenne) et a un écho particulier pour nous qui subissons la fin du règne de Sarkozy, où surenchères sécuritaires et dérives racistes sont quotidiennes. Cette histoire est celle de Jock Palfreeman, un australien de 23 ans, installé depuis peu en Bulgarie. En se baladant à Sofia un soir, il est témoin de l’agression de deux Roms par une quinzaine de hooligans du Levski Sofia, hools tristement célèbres dans le pays pour leurs actions violentes, pour leur positionnement raciste et leur nostalgie du nazisme. Voyant un des deux Roms inconscient au sol, Jock s’interpose. Le groupe des agresseurs se retourne alors contre lui, s’armant de pierres et de blocs de béton. Cerner par la quinzaine de hools, il se défend à l’aide d’un couteau, et c’est à ce moment qu’un des agresseurs est tué et un autre blessé.
Pas de chances pour Jock, l’agresseur décédé est le fils du ministre adjoint de la Santé de Bulgarie… Loin de lui accorder la légitime défense, la justice bulgare l’inculpe, dans un procès qui transforme les hooligans néo-nazis en victimes. Le jugement, fin 2009, est caractérisé par un mépris de la procédure et des droits du prévenu. Le contexte de la rixe (l’agression des deux Roms, les rapports de la police scientifique sur le taux d’alcoolémie présent dans le sang des hooligans agresseurs, etc) sont totalement ignorés, des témoins clefs se voient écartés du procès, et certains témoignages changent radicalement l’instruction et le procès, donnant au final des témoignages confus, tronqués et inutilisables pour la défense, etc…  Une caméra de vidéo-surveillance, a enregistré l’intégralité de la scène, mais l’enregistrement est détruit soi-disant « accidentellement » alors que la police l’analyse. « Aucune importance », estime le procureur qui considère que, de toute façon, «!
 on n’aurait rien vu sur le film » ! Au terme de ce procès, Jock Palfreeman est condamné à 20 ans de prison et à 450.000 Leva (soit environ 230.000 euros) d’amende pour homicide avec préméditation ! Malgré les irrégularités criantes, l’Union européenne est d’une discrétion étonnante sur le sujet.
Car les dernières mesures racistes prises en France et ailleurs contre les Roms nous prouvent encore une fois qu’il n’y a pas grands choses à attendre d’un Etat de l’Union européenne. La République n’a jamais été un rempart contre le racisme. De la colonisation à la gestion xénophobe de l’immigration de ces 15 dernières années, les morts se comptent par milliers. Du soutien aux luttes de décolonisation des années 1960 à la solidarité avec les sans papiers (travailleur célibataire, enfant...), la résistance et la solidarité restent les seuls remparts contre la barbarie et l’arbitraire de la République. Si on laisse les plus faibles seuls, c’est nous qui seront les prochains…
Jock passera en appel le 21 octobre : mobilisons-nous pour le soutenir !
 

Repost 0
Published by SCALP-REFLEX
commenter cet article
27 septembre 2010 1 27 /09 /septembre /2010 23:10

Article de REFLEXes

 

L’autoproclamé vrai « militant de gauche » Pierre Cassen continue sa tournée de prospection des milieux de droite et d’extrême droite en France.

 

Après le Local de Serge « Batskin » Ayoub [1], le leader de Riposte Laïque s’était illustré, on ’sen souvient, au côté des Identitaires lors du premier apéro facebook du 18 juin.

Si Robert et compagnie ont décliné l’offre de remettre le couvert en septembre, cela ne permet pas d’imaginer d’éventuelles bisbilles entre les Laurel et Hardy du combat contre « l’islamisation ». Les Identitaires sont surtout bien occupés par la candidature identitaire à l’élection présidentielle de 2012 [2] avec, semble-t-il [3], Arnaud Gouillon en guest-star finale [4], et des militants identitaires étaient néanmoins présents dans les différents apéros organisés par RL.

Arnaud Gouillon et ses amis Arnaud Gouillon (1er à gauche) et des cadres JI au camp 2007 : Olivier France, Gérald Pichon et Guillaume Luyt

Tout comme Risposte Laîque relaie et s’associe à la campagne du C.E.P.E. pour la libération de « Papy » Galinier [5].

Après un petit passage mi-septembre à la convention nationale du RIF (Rassemblement pour l’Identité de la France [6]), Pierre Cassen interviendra très prochainement dans une soirée-débat sur le thème : "Immigration, islamisme : la France menacée ?", organisée par la Droite Libre dans les locaux de l’UMP.

La Droite Libre est ce courant de l’UMP se définissant comme une « droite décomplexée, libérale et conservatrice ». Il est dirigé par Rachid Kaci, ancien candidat à la tête de l’UMP en 2002 [7] face à Nicolas Sarkozy. Alexandre del ValleA cette occasion Pierre Cassen sera aux côtés d’Alexandre Del Valle, grand pourfendeur de la nébuleuse « rouge-bruns-verts » et dont on pourrait dire que c’est un come-back, puisque à part ses tribunes dans France-Soir, il n’a eu que très peu d’activités politiques (du moins en France) ces 2 dernières années. Présence peu étonnante non plus quand on sait qu’A. Del Valle a été le vice président de ce courant, de même qu’il fut le co-listier de R. Kaci lors de sa candidature à la présidence de l’UMP en 2002, ou plus recemment en 2007 lorsque ce dernier se présenta à l’investiture de l’UMP pour l’élection présidentielle. Pendant encore combien de temps RL va-t-elle nous jouer la comédie de l’association de gauche ?

 

[1] Où était présente également Christine Tassin, co-organisatrice des « apéros républicains », ou encore Maurice Gendre, rédacteur en chef de Balkans Infos et ex redac-chef du site « Sur le Ring » (ou « Ring »). Site qui depuis des années fait la part belle aux écrits d’auteurs très droitiers et atlantistes tels que Maurice G. Dantec ou Alexandre Del Valle (les deux ayant d’ailleurs le même agent littéraire, à savoir le fondateur du site en question : David Kersan, ce qui explique la présence d’A. Del Valle à la dernière conférence en France de M.G. Dantec le 10 septembre 2005 à la Cigale à Paris).

[2] Mais on peut également citer la préparation de la manifestation parisienne du 23 octobre pour clôturer la campagne « Une autre jeunesse » ou la campagne de soutien à Papy Galinier.

[3] À défaut de bénéficier de fuites organisées comme certains journalistes ou spécialistes de l’extrême droite, REFLEXes laisse traîner ses oreilles où il faut…

[4] Le choix de Gouillon, s’il se confirme, serait celui d’un vieux « jeune militant ». Le garçon est en effet issu de la première génération des Jeunesses Identitaires et en est devenu très rapidement le responsable de la section grenobloise. Issu d’une famille d’extrême droite, il y démontre rapidement ses qualités d’encadrement, ce qui ne l’empêche pas de faire parfois le coup de poing. Présent à la fête du 1er Mai 2005 des Identitaires à Nice, il a d’ailleurs été alors poursuivi ainsi que quelques autres (son frère, Olivier Roudier entre autres) pour des violences racistes commises la veille de la fête dans le vieux Nice. Mais Arnaud Gouillon s’est surtout construit sa réputation de sérieux et d’engagement avec Solidarité Kosovo, association satellite des Identitaires à destination des Serbes du Kosovo. Il est assez difficile de mesurer l’impact réel de cette association tant au Kosovo qu’en France même si nous avons déjà pu évoquer par le passé des opérations réussies sur le plan médiatique.

[5] Contrairement d’ailleurs à certains groupes radicaux comme l’équipe de la Vlaams Huis qui accuse les Identitaires de récupération et de simple agitation médiatique. Par ailleurs d’aucuns ont pu s’étonner que Richard Roudier semble toujours à la tête du CEPE alors qu’à l’issue de la Convention identitaire d’Orange l’année dernière, le même Roudier avait déclaré s’en retirer. C’était évidemment une bonne farce. Certes la présidence officielle a été transmise à Fernand Cortès mais il était inconcevable que Richard Roudier abandonne une structure qu’il pilote depuis le tout début des années 2000, dans l’orbite alors d’Unité Radicale. Ce n’est évidemment pas un article dans la presse qui va changer cela.

[6] Courant souverainiste du député européen Paul Marie Couteaux

[7] Actuellement sous-préfet, directeur de cabinet du préfet de la région Champagne-Ardenne, après avoir été conseiller auprès de l’Elysée, chargé des questions de diversité, de 2007 à 2009. Il fut aussi, il y a longtemps, le vice-président de l’association « France Plus », le pendant droitier de ce qu’était à l’époque SOS Racisme pour le PS, très proche des réseaux Pasqua.

Repost 0
Published by SCALP-REFLEX - dans Infos
commenter cet article
19 septembre 2010 7 19 /09 /septembre /2010 22:47

Maxim-Alexei-3.jpg

Nous sommes intervenus aujourd’hui, dimanche 19 septembre à Paris, à l’occasion du festival sur le cinéma russe « de Moscou à Saint-Pétersbourg » qui se tient actuellement au forum des Images à Paris, lors de la projection du film Le Cavalier de la Mort, de Karen Chakhnazarov, en signe de solidarité avec Maxim Solopov et Alexeï Gaskarov, deux jeunes russes emprisonnés depuis plus d’un mois pour leur engagement antifasciste.
Tout en distribuant un tract intitulé « en Russie, la répression, c’est pas du cinéma ! », et après avoir déployé une banderole, nous avons  interpellé les 150 personnes qui composaient le public au moment où, dans de nombreuses villes de Russie, d’Europe et d’ailleurs, des gens manifestaient leur solidarité avec ceux qu’on appelle désormais les otages de Khimki.

Maxim-ALexei-1

 

Rappel : la bataille de Khimki
Cet été à Khimki, un large mouvement d’opposition s’est élevé contre un projet d’autoroute entaché de corruption, auquel une entreprise française, Vinci, s’est associée : pour construire cette autoroute, il fallait détruire la forêt de Khimki. Des écologistes et des antifascistes sont allés s’installer dans la forêt au mois de juillet pour s’opposer à l’abattage des arbres. Ils ont été attaqués par des néonazis engagés par l’entreprise chargée d’abattre les arbres. La police a regardé les néonazis tabasser les opposants au projet, sans intervenir, puis elle a interpellé les opposants. Face à cela, une manifestation a dénoncé symboliquement la collusion entre les autorités locales, les néonazis et la police.
À la fin du mois d’août, le gouvernement russe a gelé le projet face au tollé général qu’il a provoqué et face aux remous qu’il a suscités, y compris à l’étranger.
Mais l’histoire ne s’arrête pas là : depuis la fin du mois de juillet, deux jeunes militants antifascistes ont été arrêtés en représailles par la police russe, non pour ce qu’ils auraient fait mais pour ce qu’ils sont : des antifascistes qui assument leur engagement et refusent de nier que c’est le nationalisme du gouvernement russe qui donne des ailes à l’extrême droite.
Voilà pourquoi aujourd’hui, nous avons envoyé, à l’instar de tous ceux et toutes celles qui se sont mobilisés en Russie, en Europe ou ailleurs, ce message au gouvernement russe : Libérez les otages de Khimki ! Liberté pour Maxim et Alexeï !

 

Maxim-Alexei-2.jpg

Repost 0
Published by SCALP-REFLEX - dans Russie
commenter cet article
18 septembre 2010 6 18 /09 /septembre /2010 20:46

Tract jock

Repost 0
Published by SCALP-REFLEX
commenter cet article