Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 septembre 2010 6 04 /09 /septembre /2010 20:29

Vasybouffe

Repost 0
Published by SCALP-REFLEX
commenter cet article
3 septembre 2010 5 03 /09 /septembre /2010 18:22

DIMANCHE 26 SEPTEMBRE - 17 A 22H

Soirée de soutien aux antifascistes en procès. Infos et rencontre avec Solidarité Resistance Antifa (solidarité.samizdat.net), musique avec:
CCC-BLOG.jpgRAI KO RIS
(anarcho punk avec chanteuse - Katmandu Népal)

LOLY BOAM
(pop punk à chanteuse - Paris)
CARTOUCHE
(méli-mélodic punk à chanteuse - Paris/sud ouest)

Attention, l'adresse change pour ce concert :

C'est à la CIP-IDF, 14-16 quai de Charentes dans le 19ème arrondissement. Métro Corentin Cariou.

Prix libre.

Repost 0
Published by SCALP-REFLEX - dans Infos
commenter cet article
15 juin 2010 2 15 /06 /juin /2010 16:07
Publié le 10 juin 2010
par REFLExes  


Comme nous le supposions ici, "l’apéro géant saucisson et pinard" s’est bien révélé une belle opération du Bloc Identitaire, tant dans son déroulement médiatique que dans son développement militant. Du côté des média, l’annonce de la date du 18 juin pour le rassemblement a relancé le "buzz" et assuré un développement continu du groupe facebook. Certes, tous les articles consacrés à cette manifestation ne prennent pas exactement le sens souhaité par les Identitaires puisqu’un certain nombre embraie sur l’évidence que nous soulignions le 31 mai dernier, à savoir que cette manifestation ne pouvait venir d’un individu lambda et qu’elle provenait donc clairement du Bloc Identitaire. Cependant, le BI se retrouve dans la position du FN il y a quelques années : "Qu’on en parle bien, qu’on en parle mal mais qu’on en parle".

Du côté militant, fidèle à sa stratégie de rupture affichée avec l’extrême droite nationaliste, le Bloc a réussi à agréger des structures provenant d’horizons divers et à maintenir à distance toutes celles qui rappellent un milieu politique que les dirigeants du BI font tout pour circonscrire. Du côté des prises, on peut citer Vincent Thibaudeau, figure contestée des Jeunes pour la France, satellite jeune du MPF, et évidemment Riposte Laïque. Dans ce dernier cas, l’objectif de faire bouger les lignes est atteint puisque le passé laïc de gauche d’un certain nombre de militants permet au BI de brouiller son image extrême droitière. Cette alliance vient officialiser un copinage théorique déjà ancien sur la question de "l’islamisation" supposée de la France. La rencontre entre les dirigeants des deux structures la semaine dernière à Paris semble cependant provoquer quelques remous parmi certains laïcs et il faudra donc en observer les développements ultérieurs. Bruno Larebière et sa maîtrise des principes de la communication semblent avoir joué dans cette affaire un rôle moteur que confirme l’interview d’un responsable de Riposte Laïque dans le dernier Minute. Enfin est également annoncée la présence de Résistance Républicaine animée par Christine Tasin, militante à Debout la République de Nicolas Dupont-Aignan et qui a rejoint Riposte Laïque. Ses prises de position politiques lui valent d’ailleurs une volée de bois vert de la part de l’ancien compagnon de route des Identitaires du temps où tout ce petit monde faisait vivre Unité radicale. Enfin, pour faire bonne mesure, le Bloc a également envoyé au front ses structures parisiennes : le Projet Apache, ex-Jeunesses Identitaires parisiennes, et Terroirs parisiens. Plutôt anecdotique, cette dernière association animée par Arnaud Menu [1] alias Arnaud Naudin a mis en place une AMAP qui regroupe la fine fleur de l’extrême droite parisienne. Son association a l’apéro identitaire vise sans doute à donner à celui-ci une petite touche "authentique".

À l’inverse, toutes les structures nationalistes tentées par l’expérience en ont été écartées, y compris le FN, ce qui n’empêche pas la "bannière" Ile-de-France de Terre et Peuple d’appeler à participer à la manifestation du 18 juin et le groupe Facebook de voir affluer les adhérents nationalistes de tout poil.

Que va-t-il bien pouvoir advenir à cette baudruche militante ? Tombant dans le panneau comme on pouvait s’y attendre, une association bien connue s’est évidemment empressée de réclamer l’interdiction de l’apéro par les pouvoirs publics. Cette revendication est stupide. Comme nous le soulignions dans notre précédent article, outre que les Identitaires sont devenus depuis quelques années des champions de la procédure de référé liberté, une éventuelle interdiction prononcée par le préfet de Paris ne ferait que relancer le "buzz" en plaçant les Identitaires dans une position victimaire qui leur sied à merveille. Si la manifestation [2] est autorisée, les Identitaires seront alors obligés de compter sur leurs forces parisiennes, soit une cinquantaine de militants, pour encadrer un rassemblement à haut risque malgré une heure choisie relativement tardive (18h30). Tout dépendra alors de la mobilisation induite par Facebook, entre intérêt de l’extrême droite pour un apéro provocateur et refus de servir la soupe aux Identitaires. Cruel dilemne culinaire...


[1] Ancien membre de la direction du Bloc Identitaire, ce militant semblait avoir disparu et est réapparu lors de la Convention Identitaire d’Orange l’automne dernier.

[2] Dont le dépôt émane d’un de leur militant parisien

Repost 0
Published by SCALP-REFLEX - dans Infos
commenter cet article
15 juin 2010 2 15 /06 /juin /2010 16:06
Publié le 31 mai 2010
par REFLExes

 

Lien vers l'article


Depuis quelques jours, l’annonce d’un « apéro géant » agite Facebook et les milieux politiques radicaux, nationalistes et identitaires d’un côté, antifascistes de l’autre. Il s’agit en effet d’un événement se présentant comme suit :

«  Apéro géant Saucisson et pinard à La Goutte d’Or !

Description : • Parce que La Goutte d’Or tire son nom du vin blanc qu’on y produisait ; • Parce que la rue Myrha et d’autres artères du quartier sont occupées, particulièrement le vendredi, par des adversaires résolus de nos vins de terroir et de nos produits charcutiers ; • Parce que la nécessité de la lutte contre l’alcoolisme, mise en évidence par Emile Zola, qui avait situé à La Goutte d’Or son célèbre roman L’Assomoir, ne doit pas conduire à une solution aussi extrémiste que la prohibition ;

Parisiens de souche, provinciaux de Paris, Parisiens exilés et amis de la capitale française dans tous les pays, rejoignez-nous ! »

Cette présentation étant assez absconse, elle n’a au début que moyennement attiré l’attention des uns et des autres jusqu’à ce que la pseudo agence de presse des Identitaires, Novopress, éclaire un peu mieux l’initiative par le biais d’une « interview » de l’initiatrice du projet par Bruno Larebière, mise en ligne le 27 mai dernier. On y apprend en effet qu’une « Sylvie François », habitant le XVIIIème arrondissement, aurait décidé, toute seule, comme une grande, de lancer cette idée d’apéro pour lutter contre la « prohibition islamique » qui régnerait à la Goutte d’Or et qu’elle serait ouverte à tous les soutiens, promettant que tout se passerait bien.

Fort bien. C’est évidemment peu dire que nous ne croyons pas un traître mot de cette fable. Depuis la montée en puissance des plateformes de partage vidéo et des réseaux sociaux, « faire le buzz », c’est-à-dire créer l’événement, est devenu l’un des moyens privilégiés de faire de la politique avec peu de moyens. À ce petit jeu, les Identitaires sont devenus champions, masquant ainsi par le biais de la Toile une faiblesse chronique dans le monde réel. Il nous semble donc évident que cette initiative d’apéro géant à la Goutte d’Or émane du Bloc Identitaire. Quelques éléments nous permettent d’avancer cette hypothèse :

- La thématique : même si les Identitaires sont loin d’avoir le monopole charcutier, la thématique cochonne est devenue l’un de leurs arguments récurrents. Rappelons à ce titre la soupe animée par Odile Bonnivard et l’association SDF depuis plus de 6 ans. Même si Mme Bonnivard et son mari sont fâchés avec les Identitaires depuis 2 ou 3 ans et que ceux-ci ne peuvent plus se prévaloir de cette expérience, il n’en demeure pas moins qu’ils y ont été associés durant les premières années.

- L’origine : qui est « Sylvie François » ? Une personne réelle, un ectoplasme ? Une jeune femme prenant l’initiative de lancer ce type de projet y aurait sans doute réfléchi à deux fois alors que la pression des autorités sur les « apéros géants » s’est considérablement accentuée depuis 15 jours et que ce projet a donc toutes les chances d’être interdit. À moins que ce ne soit réellement le but, nous y reviendrons ci-dessous. Mais il y a donc de toute façon peu de chances qu’un individu normalement constitué se lance seul dans une telle embrouille.

- Le site de médiatisation extérieur à Facebook : Novopress est tout sauf indépendant. Le site émane du Bloc Identitaire et est animé par Bruno Larebière qui est membre de la direction du Bloc Identitaire. Aucun autre site n’a relayé l’information et à l’évidence l’initiative n’émane pas des milieux de la Nouvelle Droite Populaire ou du Parti De la France [1]. La seule structure citée est Riposte Laïque mais cela ne fait que confirmer l’éventuelle implication du Bloc Identitaire puisque le compagnonage de la structure autrefois de gauche avec l’extrême droite est un fait de plus en plus avéré. Par ailleurs, « Sylvie François » sera l’invitée du Journal de l’Identité sur Radio Courtoisie vendredi prochain, journal qui est parfois animé par Larebière. Le monde est petit !

Quel peut être l’intérêt du Bloc Identitaire de ne pas apparaître à ce stade du projet alors que le groupe est friand de médiatisation ? À l’évidence, Fabrice Robert et ses camarades ont compris qu’une politisation trop précoce pourrait faire peur à un réseau social dont l’engagement n’est pas évident. Il est donc plus intéressant pour eux de voir quelle tournure va prendre l’événement. Or deux scenarii sont possibles :

- Soit la préfecture de police interdit l’apéro pour un éventuel risque de « trouble à l’ordre public » et dans ce cas le Bloc pourra hurler au scandale sans avoir engagé d’autres moyens qu’une campagne médiatique très légère, peu coûteuse et très rentable en terme d’image. C’est sans doute le scénario souhaité car le Bloc a-t-il les moyens d’assumer un risque de confrontation physique dans le XVIIIe arrondissement de Paris ? De notre point de vue, la réponse est non et la préfecture ferait donc un magnifique cadeau à l’extrême droite en interdisant la manifestation.

- Soit la préfecture n’interdit pas et dans ce cas l’apéro peut se tenir. Les organisateurs seront alors devant un choix cornélien. S’ils renoncent par crainte des conséquences d’un débordement, l’échec est cinglant et ils seront largement déconsidérés. Le Bloc n’étant pas apparu comme initiateur du projet, il n’en subira pas les retombées. S’ils ne renoncent pas, l’apéro doit se tenir et de son succès ou de son échec dépend le bilan final en terme de réussite politique. Le Bloc peut alors faire le choix de revendiquer ou pas l’initiative.

Il est donc finalement très difficile de pronostiquer ce qui va se passer et nous saurons le 4 juin de quoi il en retourne. Dans tous les cas, cette affaire prouve, s’il en était besoin, que l’extrême droite identitaire a très bien compris les tenants et les aboutissants des nouvelles formes d’utilisation d’Internet et en particulier des réseaux sociaux. Ce type de mobilisation devrait donc se multiplier même si rien ne prouve qu’une ebullition militante sur Facebook puisse se transformer en autre chose qu’un pshiiit dans le monde réel. A suivre avec attention donc...


[1] Même si on retrouve des militants de tel ou tel groupe dans les profils ayant rejoint le groupe, comme Thomas Joly (PDF) ou Baptiste Coquelle (GUD).

Repost 0
Published by SCALP-REFLEX - dans Infos
commenter cet article
9 juin 2010 3 09 /06 /juin /2010 09:25

Cet article provient intégralement de : http://www.bastamag.net/article1064.html

 

En Bulgarie, la justice a condamné un jeune « d’origine étrangère » pour le meurtre d’un étudiant bien sous tout rapport. Fait divers médiatique : 20 ans de prison pour le jeune en question, l’Australien Jock Palfreeman. Mais derrière la version officielle, une autre vérité se profile, moins favorable à la justice bulgare. Où l’on apprend qu’il ne vaut mieux pas venir en aide à des Roms victimes d’une agression raciste au sein de l’Union européenne.

http://www.bastamag.net/local/cache-vignettes/L500xH290/arton1064-e2634.jpg

 

Jock Palfreeman est un jeune Australien de 23 ans installé depuis quelques mois en Bulgarie. Le soir du 28 décembre 2007, il est témoin de l’agression de deux Roms par une quinzaine de jeunes, au centre de Sofia, près de la station Serdika. Selon les observateurs, les jeunes hurlaient les slogans racistes des supporters du club de foot de la capitale (le « Levski »), tristement célèbres pour leurs actions violentes.

 

Sans trop réfléchir, Jock court s’interposer, un couteau à la main, entre les voyous et l’un des deux Roms qui gît au sol, inconscient. Les hooligans reculent de quelques dizaines de mètres, puis contre-attaquent avec des pierres et des blocs de bétons. Quand les policiers interviennent, Jock est à moitié inconscient. L’un des agresseurs, Anton Zahariev, 19 ans, est blessé tandis qu’un corps sans vie est étendu sur le bitume : celui d’Andreï Monov, étudiant de 20 ans. Les Roms ont entretemps disparu, peu désireux de passer des mains des hooligans à celles d’une police dont le racisme n’a rien à envier aux fans du « Levski ». La plupart des médias bulgares se déchaînent immédiatement contre cet « étranger », assassin d’un enfant du pays, et dont la famille est honorablement connue. Le 7 décembre 2009, Jock Palfreeman est condamné à 20 ans de prison. L’histoire aurait pu s’arrêter là…


Des témoins écartés


Le père de Jock, qui s’est personnellement déplacé d’Australie pour soutenir la défense de son fils, a mené sa propre enquête et pointé de nombreuses anomalies. Le contexte de la rixe – l’attaque d’un groupe contre deux Roms avant l’intervention du jeune Australien – a été totalement ignorée lors du procès. Plusieurs versions contradictoires de témoins n’ont pas été entendues. La plupart n’a d’ailleurs même pas été interrogés lors de l’instruction, notamment les amis de Jock qui se sont spontanément présentés et ont laissé leurs adresses…


Les témoins convoqués à l’audience étaient l’un des hooligans reconnaissant l’assaut sur Palfreeman, le portier d’un hôtel proche et les policiers arrivés sur place qui ont procédé aux premiers interrogatoires. Les versions ont radicalement changé entre l’instruction et le procès, donnant au final des témoignages confus, tronqués et inutilisables pour la défense, niant même la présence des Roms et à plus forte raison l’agression sur ces derniers. Le hooligan blessé lui-même est passé du statut de témoin à celui de plaignant, alors même qu’il faisait partie des agresseurs...

 

Une vidéo malencontreusement effacée

 

Autre malencontreuse coïncidence : une caméra de vidéo-surveillance a par chance enregistré l’intégralité de la scène, l’agression sur les Roms, puis la contre attaque sur Jock Palfreeman quelques dizaines de mètres plus loin. Mais quand un policier inconnu vient visionner la bande dès le lendemain, un court-circuit « accidentel » détruit l’enregistrement. « Aucune importance », estime le procureur, Parvoleta Nikova, qui considère que, de toute façon, « on n’aurait rien vu sur le film » ! Curieuse magistrate qui, outre le déni de l’attaque sur les Roms et le refus de faire paraître les témoins de la défense, écarte les conclusions du rapport psychiatrique qui démontre que l’Australien n’a rien d’un violent psychopathe et qu’il est plutôt guidé par les idées de justice sociale. Lors du procès, elle le décrit comme un dangereux hooligan. Prodigieux retournement des faits !

 

C’est cette vision que la plupart des médias reprennent largement, insistant sur le statut de victime du jeune Andreï Monov. Le climat nationaliste qui règne dans le pays n’aide certes pas à rendre une justice vraiment sereine. Lors du procès de Jock, le fait que la victime, Andreï Monov soit reconnue comme un adepte du slogan « la Bulgarie aux Bulgares » (ajoutez : sans les Roms ni les Juifs) n’a eu aucune influence sur la cour. Au contraire : Jock Palfreeman est perçu comme un « antifasciste excité » s’étant attaqué à dessein à des jeunes ne partageant pas son point de vue. Précisons que l’antifascisme est assez mal vu dans ce pays où la lutte antifasciste a longtemps été l’alibi du pouvoir et de l’idéologie totalitaire en place. Quant à défendre des Roms, une minorité ouvertement méprisée par la majorité de la population, cela ne plaide pas en faveur de l’accusé. De leurs côtés, les Roms se sont discrètement intéressés à l’affaire, comme en ont témoigné diverses interventions sur les forums Internet de la communauté.

 

« La Bulgarie aux Bulgares »

 

Jock Palfreeman victime expiatoire des dysfonctionnements du système judiciaire bulgare ? Il n’y a pas eu de dérapage de la justice. Tout a été fait pour qu’il n’y ait aucune justice possible. Car Andreï Monov était le fils du célèbre psychologue Hristo Monov, actuellement ministre adjoint de la Santé. Reconnu comme expert par les services de police, il reste un personnage influent dans les milieux politiques. La fameuse caméra au contenu effacé se trouvait d’ailleurs placée sur un bâtiment… du ministère de la Santé !

 

http://www.bastamag.net/local/cache-vignettes/L497xH336/2165019833_864ac9e6ff_o-082a4.jpg

 

En photo : Des supporters du club Levski.

 

Avant même le début du procès, le père de Jock a déclaré dans un reportage de la chaîne australienne ABC ne pas avoir grande confiance dans la justice bulgare. On le comprend : la Bulgarie, qui a intégré l’Union Européenne le 1er janvier 2007, est connue pour le très haut niveau de corruption de son système judiciaire, comparable, selon le Baromètre mondial de la corruption 2009 de l’organisation Transparency International, à celui de pays comme le Cambodge, la Géorgie et la Mongolie.

 

Placé en isolement pour avoir fait appel

 

Histoire d’aggraver les choses, Jock Palfreeman est placé depuis le 19 février dernier en isolement total. Cela signifie qu’il n’a plus aucun contact avec les autres prisonniers, ni accès à des livres, à la radio, la télévision, encore moins la possibilité de suivre des études. Il a seulement droit à 1 h 30 de sortie quotidienne, seul, dans la cour. Cette situation est la conséquence d’une loi entrée en vigueur en juin 2009, que l’on croirait presque spécialement dirigée contre lui : tout prisonnier étranger condamné à une peine de prison de plus de 15 ans doit rester en isolement jusqu’à la fin de ses recours. Or, Jock Palfreeman a fait appel de la décision de la Cour. Le processus peut encore prendre au moins deux ans. Quel meilleur moyen de dissuader le plaignant de faire valoir ses droits ? Il est pour l’instant le seul prisonnier en Bulgarie dans ce cas, ce qui va bien évidemment à l’encontre des termes et dispositions de la Convention européenne des droits de l’homme.

 

http://www.bastamag.net/local/cache-vignettes/L300xH250/93324-fd0b5.jpg


C’est peut-être, pour les soutiens du jeune Australien, une chance à saisir. S’il est avéré que justice ne peut être rendue dans un cadre national, il est possible d’en appeler à la Cour européenne des Droits de l’Homme sans attendre la fin des recours au niveau national. Ce serait aussi l’occasion de rendre visible une affaire qui n’est sortie de Bulgarie que pour être médiatisée en Australie, pays qui n’a pas de grands moyens d’actions diplomatiques à plusieurs milliers de kilomètres de ses frontières.

 

L’Union européenne n’a pas bougé le petit doigt pour un cas qui ne concerne pas l’un de ses ressortissants. Le père de Jock a lui-même préféré jouer sur la discrétion pour ne pas enflammer, plus que nécessaire, les esprits prompts au chauvinisme. Une stratégie qui n’a manifestement plus lieu d’être. D’ores et déjà, la Conférence UNITED against racism qui s’est déroulée mi-mai à Budapest, rassemblant des ONG antiracistes, des groupes antifascistes et des associations de migrants, de Roms et de défense des Droits de l’Homme de 33 pays européens, a permis la popularisation du cas Palfreeman. Une première salve contre l’iniquité qui devrait en annoncer d’autres.

 

Éric Simon

 

En savoir plus

Le site de soutien à Jock Palfreeman (en Anglais)


Pour écrire :

Jock Palfreeman

Sofia Central Prison - 21 Gen. N. Stoletov Bul.

Sofia 1309 - Bulgaria

Repost 0
Published by SCALP-REFLEX - dans Infos
commenter cet article
25 mai 2010 2 25 /05 /mai /2010 23:31

 

DIMANCHE 13 JUIN 2010 - 17H


Soirée de solidarité avec les inculpés du Centre de Rétention de Vincennes

Projection, débat et musiques avec :


TUKATUKAS (punk - Ile de la Reunion)


THE DICKTRACY LORDS (garage - Paris)


INSALUS (punk-crusty - Paris)


AU CICP, 21 ter rue Voltaire, 75011 Paris // Métro :Nation De 17h à 22h précises ! PAF : 5 zorros- PAS DE VERRE !! Et merci de laisser tous vos animals à la maison...

 

Blog du collectif contre culture (CCC)

 

LE CCC :

MODE D'EMPLOI DES CONCERTS AU C.I.C.P.

  • QU'EST-CE QUE LE C.I.C.P. ?
Le Centre International de Culture Populaire est une maison d'associations, d'entraides et de solidarités locales et internationales qui existe depuis 1973. Une quarantaine d 'assos y ont leur locaux, et une centaine leur boite postale. Nous ne sommes donc pas seuls dans ces lieux, d'où nos efforts afin de le respecter du mieux possible. C'est le propos de ce petit texte.
  • QU'EST CE QUE LE C.C.C. ?
Le Collectif Contre Culture n'est PAS une commission du CICP, mais un collectif d'assos (au départ Le Kiosk, Scalp/Reflexes, Crash Disques, Rastaquouere, Unity Rockers…) et d'individu-es, membre d'associations du CICP ou extérieur au CICP. Certains ont arrêté, d'autres ont rejoint la CCC depuis. C'est un collectif composé donc de différentes personnes aux goûts et couleurs variés mais aux idées plus que proches.
  • SOUTIEN
L'existence de ces concerts se définit par la volonté et le désir des participants de la CCC, de joindre l'agréable à l'utile en faisant ces concerts dans un but d'information (par les projections vidéos, débats et interventions avant chaque concert, tables de presse militantes ou contre culturelles) et de soutien financier puisque à chaque fois, TOUS les bénéfices (et ce depuis le début) sont reversés aux collectifs ou associations pour qui le soutien est annoncé. Par exemple, nombre de personnes emprisonnées (Mumia Abu Jamal, Leonard Peltier, Yves Peirat, Action Directe, ainsi que nombre de victimes de la répression lors des manifs ou actions en France et en Europe comme Genoa, No Border…), de groupes militants (Scalp, Anarchist Black Cross, Comité soutien aux Indiens Amériques, Chiapas, etc.) ou des projets locaux (Communauté Roberto Barrios au Chiapas, village de Yanoun en Palestine, lieux de vie Dial House en Angleterre…) ont pu être soutenu ou dépanné par ces concerts.
  • ORGANISATION
Les concerts/débats sont auto organisé par le collectif lors de réunions ou s'effectue le choix des groupes et du soutien. Toutes les personnes participant à ces journées sont bien sur bénévoles. Nous demandons toujours à des gens des collectifs soutenus de venir aussi participer à l'info et à l'organisation pratique du concert car nous ne sommes pas un prestataire services.
  • GROUPES
Les groupes qui viennent jouer ici, au même titre que les gens qui font les entrées, tiennent le bar, installent le matériel, etc., sont bénévoles. Seuls les groupes de provinces et de l'étranger ont un défraiement qu'ils fixent selon leurs besoins mais, celui ci ne pouvant dépasser 150 euros.
  • DETAILS PRATIQUES IMPORTANT
Comme le CICP est un lieu de solidarité, l'autogestion que nous essayons de pratiquer lors de ces journées vous concerne aussi :

- personne ne passe derrière nous pour nettoyer les lieux, c'est nous qui le faisons après le concert. A savoir le hall, la cafétéria, la grande salle, les chiottes ainsi que la rue lustucru !!! Donc à ce propos, il y a des sacs poubelles de tous les côtés, aussi bien a l intérieur du CCP qu a l'extérieur . Du coup, chaque canette ou paperasse que vous y déposerez vous même seront toujours ça de moins qu'on aura à faire (merci d'éviter les canette en verre, versez vos boissons dans une bouteille plastoc).


- A propos de la rue, merci d'épargner nos voisins que l'on a réussit à habituer après de nombreuses plaintes et pétitions lors des premières années. A savoir, se regrouper plutôt passage Dumas, un peu plus haut, où d'ailleurs l'info shop Le Kiosk est ouvert désormais le dimanche, ou bien, sur le boulevard Philippe Auguste, plutôt que d'encombrer les abords du CICP (c'est pas non plus un ordre, mais ce serait plus cool). Par contre, on vous demande de ne pas faire de bruit en partant à la fermeture (que ce soit a 22 h ou plus tard), toujours pour épargner nos voisins, et d'essayer, là encore de papoter vers les boulevards Voltaire et Philippe Auguste plutôt que devant le CICP ou dans la rue Voltaire.


- En ce qui concerne les cigarettes, comme pour les canettes, y a des cendriers, alors n'hésitez pas. DE PLUS, la grande salle depuis septembre 2002 est NON FUMEUSE… Pour les raisons simples qu'il fait déjà très vite chaud dans la salle, et que l'enfumer de surcroît n'arrange rien pour apprécier le concert. Un autre point important qui a aussi motivé cette décision, c'est qu'au moins 1 tiers des personnes venant ou participant aux concerts ne fument pas et que le principe de base de la solidarité étant aussi le respect, il est normal qu'enfin les personnes ne fumant pas puissent elles aussi avoir droit à un espace sans clope, et comme c est un concert/débat, c'est la grande salle. Il reste le hall, la cafétéria et dehors pour sans griller une de toutes façons. Alors merci pour nous tou/tes…


- Merci aussi de laisser nos amies à 4 ou 5 pattes à la maison. Puisqu'un lieu de concert fermé n'est vraiment pas un endroit pour un chien. D'abord pour ses oreilles, ensuite pour ses pattes, lorsqu'il y a beaucoup de gens, et aussi pour tout le monde présent. Quand on aime les animaux, on s'en occupe, n'est-ce pas, et on prend soin d'eux.


- Merci de ne pas emmener de canette en verre, transvasez vos boissons dans des boutanches en plastoc.
  • DETAILS POLITIQUES IMPORTANTS
-Bien sur, nous ne tolérons pas les propos et attitudes racistes, sexistes ou homophobes…
  • CONCLUSION
Pour résumer, merci de respecter le lieu, les gens quels qu'ils/elles soient, et n'oubliez pas qu'avant le concert il y a toujours des vidéos et des débats, ainsi que des tables de presse et d'infos durant toute la durée de la soirée… ET S'IL VOUS PLAIT... comme on doit encore tout ranger, nettoyer, faire la bouffe des groupes, et tout vérifier avant de partir, essayer de partir dès qu'on vous le demande, ça nous arrange pour pas passer des heures supplémentaires sur un concert terminé... Surtout que vers 22h vous avez encore le temps d'aller boire un coup ailleurs... Merci encore une fois.
Repost 0
Published by SCALP-REFLEX - dans Les évènements
commenter cet article
13 mai 2010 4 13 /05 /mai /2010 14:23

WWF-mai-20101

 

 

Le groupe de hardcore antifa moscovite What We Feel sera en concert en France, pour une tournée d’adieu :


- le mardi 18 mai à Lille au CCL (rue de Colmar)  à partir de 19h


- le vendredi 21 mai à Bagnolet (93) au Parvis (27, rue Adelaïe Lahaye, M° Galliéni) à partir de 19h


Le concert sera précédé de la projection d’un documentaire sur l’extrême droite russe (en russe, sous-titré en français), et d’une discussion avec les membres du groupe, tous impliqués dans le mouvement antifasciste russe.


On vous attend nombreux !

 


  pub site antifasrusses

 

 

Repost 0
Published by SCALP-REFLEX - dans Les évènements
commenter cet article
13 mai 2010 4 13 /05 /mai /2010 14:11

Le Collectif Contre Culture est une structure bénévole et militante qui organise chaque mois un concert de soutien.

Ce mois-ci, le concert est en soutien au groupe No Border de Paris.

 

DIMANCHE 16 MAI 2010 - 17H.

SOIREE DE SOLIDARITE AVEC
« NO BORDER PARIS »
Projection, débat avec le collectif et musiques avec :

GUARAPITA
(salsa ska punk - 93 / 95)
DAMN’ DYNAMITE
(anarcho-punk - Lyon)
CLASS WAR KIDS

(Caribou -punk hardcore - Canada)Dessintapage.jpgCENTRE INTERNATIONAL DE CULTURE POPULAIRE (CICP)
21 TER RUE VOLTAIRE 75011 PARIS - METRO : NATION

De 17h. à 22h. précises ! P.A.F. : 5 zéros - PAS DE VERRE !!!
Et merci de laisser TOUS vos zanimals à la maison…
http://collectifcontreculture.blogspot.com/
-------------------------------------------------------------------------------------
Aujourd’hui ce ne sont pas seulement les migrant-e-s et sans papiers qui sont interpellé-e-s, ce sont aussi les précaires, jeunes stigmatisés qui subissent le harcèlement des contrôles d’identités au faciès et de leurs titres de transports.
A grands renforts de lois sécuritaires, les gouvernements légitiment chaque jour le contrôle et la surveillance accrus de l’espace social collectif.
C’est ainsi qu’on encourage la délation des hommes, femmes et enfants sans papiers, dans les administrations, banques et jusque sur leur lieu de travail.
On contrôle, sanctionne et culpabilise les chômeurs-ses et précaires, on segmente les quartiers avec des portiques et des codes, on arrête dans les écoles, on sanctionne le « délit de solidarité », on stigmatise les groupes politiques et communautés qui résistent.
  La transformation des frontières en barbelés et miradors participe à la politique européenne de gestion des « flux » migratoires où les migrant-e-s sont réduit-e-s à de simples quotas. La liberté de circulation est empêchée et violemment réprimée pour les exilé-e-s qui fuient la guerre, la corruption et la misère : tous les accès à l’Europe sont refusés. Le droit au logement, au travail, à une vie décente pour les exilé-e-s qui veulent se reconstruire ou rejoindre leur famille émigrée en Europe, sont bafoués par les règlements européens liberticides :
Quand la lutte contre l’immigration devient un business, l’expulsion, l’enfermement et la logistique sécuritaire deviennent des sources de profits (juteux). Des hommes et femmes sans-papiers construisent les centres de rétentions qui les enferment, nettoient les gares et trains dans lesquels ils sont contrôlés et arrêtés. Ils sont réduits à une simple force de travail que l’on prend et jette à merci.
Le cynisme n’a pas de frontières …
PARCE QUE LA LIBERTE DE CIRCULER EST MENACEE PAR L’EXISTENCE MEME DES FRONTIERES NO BORDER REFUSE ET ENTEND COMBATTRE L’EUROPE DU TOUT PROFIT, CRIMINELLE, FUNESTE ET CARCERALE QUI PIETINE LA LIBERTE DE CHACUN A CIRCULER, S’INSTALLER.
LIBERTE DE CIRCULATION ET D’INSTALLATION POUR TOUS !!!
NO BORDER ! NO NATIONS !

TOUS LES RENSEIGNEMENTS SUR
http://parisactionday.noblogs.org/
noborderparis@riseup.net

Repost 0
Published by SCALP-REFLEX - dans Les évènements
commenter cet article
11 mai 2010 2 11 /05 /mai /2010 17:22

Repas de soutien au projet Zelda (Zone d'extra-longue durée d'autonomie)

Samedi 15 mai, à partir de 19h30, à la Rôtisserie, au 4, rue Sainte-Marthe, Paris 11e (Mo Belleville...)

Zelda, projet parisien d'habitat autogéré en propriété d'usage, fait partie du réseau Clip en construction : http://clip.ouvaton.org

Soirée à prix libre.

Au menu, que des bonnes choses : dhal fatal, boulghour d'amour, poêlée de légumes de saison carrément bons et crêpes avec chantilly à gogo et/ou salade de fruits (ce sera selon).

 

Zelda.png

Repost 0
Published by SCALP-REFLEX - dans Les évènements
commenter cet article
10 mai 2010 1 10 /05 /mai /2010 18:31

Un week-end de mobilisation antifasciste réussi !

 

 

Ce 9 mai 2010, à l’appel d’une quinzaine d’organisations, plus de 700 antifascistes ont défilé à travers Paris, de Belleville à la place du Châtelet. La marche a débuté par un vibrant hommage aux FTP-MOI, accompagné de portraits des fusillés de l’Affiche rouge. A République, une intervention a rappelé la raison de notre présence dans la rue. Depuis de trop nombreuses années, l’extrême droite radicale tente, avec plus ou moins de succès, de se réunir le 9 mai dans les rues de Paris, au prétexte de la mort d’un de ses militants en 1994. Depuis sept ans, nous nous mobilisons contre cette présence dans la rue. Aujourd’hui, nous nous sommes à nouveau mobilisés pour ne pas leur laisser le champ libre et pour rappeler que ces fascistes sont les mêmes qui attaquent et agressent en supplétifs du gouvernement les jeunes, les étrangers, les sans papiers et le mouvement social. A proximité du métro Arts et Métiers, le collectif d’organisations souhaitait rappeler qu’actuellement l’extrême droite électorale et radicale prospère sur la crise économique. Les plans de licenciements, la précarité ou le chômage de masse impose au mouvement antifasciste de construire une riposte anticapitaliste. Avant de se disperser, les manifestants ont été invitées à jeter 200 roses dans la Seine en souvenir des victimes de l’Etat français du 17 octobre 1961.

 

Notre manifestation était la conclusion d’un week-end de mobilisation contre l’extrême droite et ses idées. La veille, plus de 120 personnes ont participé au débat « Comment lutter contre l’extrême droite sur le terrain social » organisé au Salon du livre libertaire.  Ce débat fut l’occasion pour un public de tout âge d’échanger sur la situation de l’extrême droite française, de discuter sur la manière dont nous pouvons articuler la lutte antifasciste avec les luttes sociales. Karim Chafi acteur associatif de Chauny en a profité pour revenir sur les agressions racistes menées par des nazi-skins dans sa ville tandis que Didier Bernard, syndicaliste à Continental a saisi cette occasion pour dénoncer les tentatives de récupération des luttes ouvrières par l’extrême droite.

 

Les forces antifascistes mobilisées ce week-end à Paris n’en resteront pas là !

 

Paris, 10 mai 2010

 

9-mai-2010-1-.jpg

9-mai-2010-2-.jpg

 

9-mai-2010-3-.jpg

 

9-mai-2010-4-.jpg

Repost 0
Published by 9 mai 2010 - dans Communiqués
commenter cet article